conférences

19 octobre 2014, colloque de psychosynthèse, Montpellier
Je témoigne de mon expérience avec le cancer en m'appuyant sur mes livres La maladie guérit – de la pensée créatrice à la communication avec soi (Quintessence 2014) et Traverser le miroir - de la peur du cancer à la confiance en la vie (L'Harmattan 2016). Actuellement, beaucoup de personnes sont concernées directement ou indirectement par le cancer. Bientôt une personne sur deux sera touchée. C'est une des maladies qui nous effraye le plus aujourd'hui. Pour vaincre ce monstre qui nous déchire les entrailles, nous partons en guerre. Nous nous battons contre la maladie pour ne pas entendre son augure funeste: tu meurs.

Je propose un chemin inverse. En accord avec mon propre vécu, je ne considère pas le cancer comme un ennemi qui a pour objectif de nous détruire mais comme un message envoyé par le corps pour nous informer que nous avons à laisser mourir quelque chose en nous. Quelque chose qui ne tourne pas rond dans notre vie et qui est devenu superflu. Passer à côté du message risque non seulement de nous coûter la vie mais nous enlève aussi de grandes opportunités: ne pas rester dans le rôle du patient impuissant mais de retrouver sa dignité humaine, faire la paix avec soi-même, vivre une vie plus authentique et plus épanouie. 

Accueillir le messager m'a aidé à vivre mieux avec la maladie pour mieux m'en sortir. Depuis, mon corps est devenu mon allié. Je fais confiance à sa sagesse. Il me communique à sa manière si quelque chose ne va pas dans ma vie et m'aide ainsi à rester attentive. L'épée de Damoclès qui flotte sur ma tête s'est transformé en outil qui me sert à enlever ce qui est devenu superflu pour laisser la lumière passer.